Un cadran solaire gravé sur une ardoiseUn cadeau unique à offrir...
39,99$ CAD Commander

Qu'est-ce que l'ardoise

L'ardoise est une roche métamorphique qui s'est formée dans des fortes conditions de pression et de température. Elle appartient à la famille des schistes dont elle se distingue par la qualité de son grain, très fin et sa fissibilité.


L'ardoise est résistante et sa couleur peut varier du blanc au noir, en passant par toutes sortes de gris, de rouges sombres et de verts. On en compte une dizaine de sortes dans la chaîne des Appalaches.

Le gisement d'ardoise commence à l'Est de l'Amérique du Nord dans le Bas-Saint-Laurent, au Québec pour s'étendre jusqu'en Nouvelle-Angleterre. Au Vermont et dans l'État de New-York, près des lignes Canado-Américaine, la région des Montagnes Vertes est aussi nommée « Slate Valley » ou Vallée de l'ardoise car ces régions regorgent de mines d'ardoises exploitées depuis bien des années. Lorsqu' on visite ce coin de pays, on est à même de voir des toits de maisons, de granges, de vieux poulaillés qui ont presque tous, de magnifiques toits d'ardoise.

Information

Michel Marchand, collaborateur du Bulletin LE GNOMONISTE, Bulletin de liaison de la Commission des Cadrans solaires du Québec (CCSQ)  Plus d'info

James Bond... le commencement
par Michel Marchand  Plus d'info

Christophe Colomb: le renard des mers
LE GNOMONISTE, Volume XIX numéro 1, mars 2012

Donc, la «Petite» histoire nous a enseigné, sinon martelé, que Christophe Colomb se pensait arrivé aux Indes lorsqu'il débarqua en Amérique. Pour ma part, cette affirmation historique et reconnue par tous, je dis qu'elle est fausse et, au surplus, elle est mathématiquement impossible.


Le célèbre navigateur savait pertinemment qu'il n'avait pas franchi plus de 6000 kilomètres et qu'il était, de ce fait, bien loin des Indes. L'application de la simple règle de trois, apprise sur ces mêmes bancs d'école, ainsi qu'un brin de calcul de trigonométrie sphérique, enseigné cette fois au collège, nous le prouveront sans équivoque...  Plus d'info

Le secret de Hergé
LE GNOMONISTE, Volume XV numéro 4, décembre 2008

De tous les albums de Tintin, « Le Trésor de Rackam Le Rouge »(*) dans lequel on retrouve les petites bulles de discutions (Fig 1 et Fig 2) entre le capitaine Haddock et Tintin au sujet de cette différence de quelques deux degrés entre le méridien de Paris et celui de Greenwich est à mon avis un moment fort de tout l'univers de Hergé. Ces quelques bulles ont eu tôt fait d'éveiller l'attention des tout petits comme des plus grands et ce, à l'échelle planétaire. Faire mention dans une bande dessinée du quadrillage des cartes du monde n'est pas une chose à prendre à la légère et faire mention d'un tel fait historique révèle quelque chose de puissant. Ce simple échange entre Tintin et le capitaine nous renvoie dans un passé pas si lointain où sur les mers régnaient les deux plus grandes puissances du monde; la France et l'Angleterre. Il y a quelque chose d'exotique dans tout cela et pour un lecteur qui s'émerveille de tout, le monde de la navigation à la voile, des pirates, cette période d'abondance où la pollution n'existait pas et nécessairement, la chasse des coffres au trésor transporte n'importe qui dans des merveilleuses rêveries...  Plus d'info

L'orientomètre du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle
LE GNOMONISTE, Volume XIV numéro 3, septembre 2007

L'orientomètre (Fig. 1) est un appareil qui accompagnera le pèlerin tout au long de son périple. Il lui servira à donner l'orientation ou la direction de Santiago de Compostelle. C'est un instrument que le marcheur oriente soit avec l'étoile polaire, soit avec le soleil. On peut l'utiliser également avec la boussole et la montre. Il a la forme de la coquille Saint-Jacques et il est fait d'un alliage de laiton, zinc et nickel, ce qui lui donne force et rigidité. Il est percé de deux trous dont un est ouvert pour permettre d'enfiler la corde. Porté autour du cou il devient un simple pendentif...  Plus d'info






Québec... il était une fois le commencement
LE GNOMONISTE, Volume XVIII numéro 1, mars 2011

L'Habitation de Champlain fut le premier observatoire astronomique de la Nouvelle-France. Dès 1612 et pour la première fois sur le côté gauche des cartes du monde, Samuel de Champlain projeta d'établir, grâce aux découvertes de Galilée, les premières longitudes du nouveau monde et de positionner de façon sérieuse le chef-lieu de QVEBECQ (Kébec), à l'aide des observations du parcours des satellites de Jupiter! C'est du moins ma théorie qui repose sur deux observations. Il y a d'abord l'orientation astronomique inusitée et particulière de la petite église Notre Dame des Victoires (Fig. 1), située sur la Place Royale dans le Vieux Québec. Ensuite, il est plus saisissant encore de découvrir que le pivot de Fig. 1 L'église Notre-Dame des Victoires. la Nouvelle-France, un point géodésique situé au centre de Notre-Dame des Victoires, fut le point de départ du cadastre des plus anciennes artères de la Haute-Ville...  Plus d'info

Astrolabe de Samuel de Champlain... controverse ou espoir d'une Nation?
LE GNOMONISTE, Volume XIX numéro 2, juin 2012

Il semble exister plusieurs controverses portant sur la statue de Samuel de Champlain, située à la pointe Nepean, à Ottawa, derrière le Musée des beaux-arts du Canada; et c'est bien dommage.

Des auteurs affirment qu'elle est mal orientée et que l'explorateur tient son astrolabe dans le mauvais sens. Cette faute serait due à l'artiste (Hamilton Mac Carthy) qui n'y connaissait rien en la matière, prétendent d'autres commentateurs.

Il est possible qu'il n'ait été qu'un débutant dans ce domaine. Mais pour l'élaboration de sa sculpture, a-t-il pu se renseigner auprès d'un ou des spécialistes des instruments de mesure anciens? Car le monument représente très bien la réalité, et même davantage!   Plus d'info